Première partie : accomplissement des Écritures

7

L’éveil de la conscience

(1) Tu nous fais entrer dans les Écritures sans détours pour nous montrer ce qui s’est passé depuis Jean jusqu’à toi, me diront certains, mais pourquoi ne le fais-tu pas avec ménagement et égards pour nous ? Ne crains-tu point que plusieurs refusent de te suivre, ou que d’autres te quittent ? Il est vrai que plusieurs ne me suivront pas et que d’autres me quitteront, parce que cela aussi est écrit et doit s’accomplir. Mais c’est nécessaire, parce que je ne peux conduire dans le royaume de mon père que ceux qui cherchent à comprendre ce que je dis et qui sont déterminés à ne plus prendre part à ce monde inique et corrompu par les fils de Satan.

(2) Lorsqu’un homme s’avance dans une barque auprès de quelqu’un qui se noie, il s’empresse de lui dire fortement : tends-moi la main ! Et il le hisse à bord d’une main ferme, car il n’est pas temps de discourir et faire des manières. Voilà pourquoi je ne ménage point vos susceptibilités et vous entraîne dans la vérité sans faire de détours, parce que vous êtes en train de périr et que j’ai aussi beaucoup de choses à vous apprendre en dehors des Écritures pour vous éclairer et vous sauver. Il n’y a plus de temps pour ce monde. Permettez-moi alors de ne point traîner les pieds. Ceignez vos reins et suivez-moi.

L’accomplissement de la prophétie

(3) D’autres me diront : tu tombes comme la foudre sur les sectes et en particulier sur celle de Rome, ce dragon que tu viens de décapiter. Ne crains-tu point, là encore, qu’elle demande ta tête sur un plateau pour conserver son autorité, comme elle demanda la tête de Jean pour régner sur le monde entier ? Certes, la bête qui n’était plus, mais que je fais réapparaître pour y mettre fin, va gesticuler encore un peu avant de s’effondrer à jamais ; car c’est toujours ce que fait un traître lorsqu’il est pris. Comme cela est écrit dans l’apocalypse, la bête romaine est ce dragon qui est déjà prêt à dévorer le fils que la Terre vient d’enfanter pour paître les nations avec sa verge de fer. Cette église ne s’écarte point de la prédiction, parce qu’elle est la plus grande, la plus longue et la plus méchante supercherie qui fut dans le monde. Il est connu que sa particularité est de tromper, de poursuivre et de faire mourir les innocents ; son histoire depuis Jean en témoigne. C’est pourquoi nul n’osait la combattre. Mais ne craignez rien pour moi. Emmanuel n’est point un homme que l’on fait mourir, même si on le décapite. Je vous le dis, il y a plus qu’elle qui demandera ma tête, parce que ce sera la pensée d’un homme sur deux. C’est moi qui crains pour vous, mais vous ne craignez point pour moi ; car je suis habitué à la douleur et je me livre moi-même à la mort.

(4) Si je disais que j’ai vécu au temps de Jean, il y a deux mille ans, et que je suis la réincarnation de Jésus, un très grand nombre d’entre vous le croirait. Or, je ne dis point être l’objet d’une réincarnation, mais celui de la résurrection des morts. Je suis seulement le premier-né d’entre vous, car vous êtes morts comme j’étais mort avant que j’acquière la connaissance qui m’ouvrit les yeux. Je suis né de femme. Et je viens de naître à nouveau, de l’esprit cette fois, comme vous naîtrez en me suivant. Ne confondez donc plus la résurrection (qui est spirituelle) avec la réincarnation (qui est corporelle) dont on parlera. Naître une deuxième fois, c’est naître de l’esprit de connaissance. C’est pourquoi je dis que Jésus est l’image de celui qui devait se lever, l’image de l’Agneau qui est victorieux du monde.

(5) Alors l’on me dira : le nouveau testament est-il comme une scène qui se déroule aujourd’hui sous nos yeux et dont tu es l’acteur ? Je réponds qu’il en est ainsi, mais que je n’ai nullement désiré être cet acteur, pas plus que vous n’êtes désireux de l’être vous-mêmes avec moi. Il s’agit effectivement de scènes. Et vous ne devez plus vous laisser prendre par les décors qui représentent les lieux où se passe l’action. Ce qui importe, c’est ce que Jésus dit et fait, car c’est la simulation de ce que j’accomplis aujourd’hui et que vous accomplissez avec moi.

(6) Avant toute chose, comprenez que quand l’élu de Dieu paraît dans le monde pour y mettre un terme, son premier travail consiste à nettoyer son aire. Il est écrit que le Christ est le directeur du monde entier. Comment serait-il alors possible qu’il ne tombe point sur les religions qui sont plus pernicieuses les unes que les autres ? Mais il ne peut agir ainsi sans se livrer lui-même à la mort ; car qu’est-ce qu’un religieux, un membre de secte, dans ce monde de ténèbres ? C’est quelqu’un qui croit connaître la parole de l’Éternel, et qui ne supporte pas que les autres ne soient point comme lui. De tels individus, enflés de vanité et forts nombreux, cachent leur hypocrisie avec quelques bonnes actions, mais peuvent tuer les enfants, les femmes et les hommes avec passion. Sectaires et fermés à toutes choses nouvelles, ils agissent dans l’ombre et par derrière, car ils n’ont aucun courage. Ils aiment verser le sang et tuent l’homme, au nom de Dieu disent-ils ! Et s’ils ne commettent eux-mêmes les pires atrocités, ils les font commettre à des jeunes gens qu’ils manipulent comme des objets. Dieu a en aversion tous ces hommes abjects qui déshonorent son nom ! Aussi, parce qu’Il n’en tolère plus l’ombre d’un seul, j’en débarrasserai à tout jamais la Terre qui m’est remise.

(7) Quel que soit l’homme, celui-ci n’appartient qu’à Dieu, car entre l’homme et son Créateur il ne peut y avoir d’intermédiaires. Les religions ne réussiront donc point à imposer leurs règles par la superstition ou par la violence, parce que la loi du ciel à laquelle tous les peuples obéiront dans le royaume se trouve dans le coeur de tout saint d’esprit. C’est en raison de cela que j’ai dit que la religion véritable, propre à tous les hommes, est un mode de vie, une manière d’être de tous les jours qui est conforme à la pensée de Dieu. La religion ne peut donc être qu’unique. Ce qui vous apparaîtra clairement quand je vous aurais enseigné l’univers et qui est l’homme en son sein.

Le réveil des élus

(8) Mais, vous connaissant, je sais que vous avez le sentiment que tout ce qui a trait à l’univers de Dieu, à son fils unique, aux mondes antérieurs, aux êtres vivants et aux comportements est déjà connu de tous ; alors qu’en vérité vous êtes dans les ténèbres pour tout. C’est pourquoi Jésus dit à ses disciples :

Laissez les morts enterrer leurs morts.

Cette simple parole de Jésus montre à l’évidence que les hommes sont morts sans la connaissance de la vérité ; et que c’est de ce genre de mort dont ils doivent ressusciter au dernier jour. Ce dernier jour est celui du renouvellement de toutes choses, précédant la venue du royaume de Dieu. Mais au sujet de cette résurrection annoncée, les prêtres de Rome vous firent croire que tous ceux qui moururent depuis les origines sortiraient tous ensemble, comme un seul, de leur tombeau pour se congratuler sur les places publiques... Lorsqu’on sait qu’un mort redevient poussière, peut-on imaginer un tel spectacle ?

(9) L’Écriture dit encore dans le nouveau testament :

Réveille-toi, toi qui dors, relève-toi d’entre les morts, et Christ t’éclairera.

Ceci donne à la fois l’explication de la résurrection des morts, de la lumière de l’esprit, et de l’enseignement du Fils par lequel vous serez éclairés sur tout. Mais au soir du monde, après que les temps de l’ignorance auront commis des dommages importants dans vos esprits, vous aurez du mal à vous réveiller et à vous lever. Cela, parce qu’en vous étant éloignés de Dieu, vous ne vous êtes attachés qu’aux choses matérielles. Seuls, le manger, le boire et le divertissement vous intéressent. Vous n’aimez que les bonnes choses et ne supportez que les flatteries. Alors vous trouvez pénible d’être sermonnés sur la montagne de l’Éternel où je me tiens et de faire un effort pour saisir les explications des Écritures. Cependant, si je ne les expliquais point, non seulement vous ne pourriez savoir où je vous emmène, mais encore vous diriez : pourquoi n’explique t-il pas ceci ou cela dans l’Écriture, ne peut-il point le faire ? Puis-je vous laisser penser de la sorte ou dois-je vous en empêcher au contraire pour que l’on sache que je suis envoyé d’en haut ? Saviez-vous seulement ce qu’était le royaume de Dieu annoncé ? Était-il l’objet de vos préoccupations quotidiennes ? Nullement. Pourtant, il est là, devant vous, pour le siècle qui arrive.

(10) Le sauvetage du monde ne vaut-il pas alors quelques explications sur la prophétie qui témoigne de la venue du sauveur ? Cela ne mérite-t-il pas que vous consacriez un peu de temps à la compréhension de ce que j’explique ? Pour vous sauver, je ne puis seulement dire : me voici, je suis le Fils de l’homme annoncé, suivez-moi ! Pour se faire connaître, quiconque se présente à vous n’a qu’à dire son nom, d’où il vient, où il habite et ce qu’il fait, et cela suffit. Mais il ne peut en être de même pour l’Agneau lorsqu’il se présente au monde. Annoncer le Sauveur est une chose, et c’est ce que fait l’Écriture. Mais être celui-là au temps marqué et le démontrer à des incrédules en est une autre, je vous le dis. Soyez donc attentifs et patients. Car si je ne vous ouvrais d’abord l’esprit sur les Écritures afin que vous puissiez lire ne serait-ce que les psaumes et Ésaïe, et si je ne vous enseignais ensuite les choses célestes, vous ne pourriez pas avoir confiance en moi ni saisir ce que je dis.

(11) S’il est fastidieux pour vous d’apprendre en peu de temps ce que vous devriez savoir depuis deux mille ans, cela l’est encore plus pour moi d’enseigner ce qui vous aveugle et que vous ne voyez pas. Cependant, le moment est venu de saisir ce qui est montré dans le livre de vie et de suivre mes instructions, sans quoi vous péririez. Pour cela, vous devez quitter vos religions ! Mais je sais qu’il me serait plus facile d’arracher des arbres à mains nues que d’extraire les religions du milieu de vous. C’est pourquoi, dans ces jours ultimes, ces sectes religieuses tueront encore plus d’hommes qu’elles ne le firent le long des siècles.

(12) J’explique que Jésus est mon image. Mais vous ne le croirez pas, parce que vous direz : le Fils est venu il y a deux mille ans. Il a ressuscité trois personnes, puis il est mort sur la croix à cause des juifs ! Comment alors ferez-vous pour voir en moi celui qui vient paître ses brebis ? Ou encore si vous dites, incrédules : voilà qu’aujourd’hui un homme pense venir au nom de Jésus ! Pourrez-vous alors m’accorder le temps d’expliquer qu’il en est bien ainsi et que c’est pour vous sauver que le Père m’envoie ? D’autres diront : ne pourrons-nous jamais agir comme nous voulons sur cette Terre ? Je réponds à ces derniers : suivez-moi, et, délivrés des puissances de Satan, vous vivrez selon vos désirs.

L’avortement des religions

(13) Après avoir rendu les hommes superstitieux et stupides le long des siècles, les sectes religieuses n’eurent aucun mal à les tenir dans leurs toiles ; car elles leur firent croire que s’ils n’adhéraient point à leur église, ils seraient rejetés de Dieu et que leur âme périrait. Et moi, le Fils de Dieu, je vous dis que si vous n’en sortez pas, vous êtes perdus, parce que vous ne pourrez point connaître la vérité et échapper à ce qui vient. Vous ne pourriez alors entrer dans le royaume, car je suis la vie et la porte étroite par laquelle vous devez passer pour être sauvés.

(14) Si les religions de ce monde des ténèbres vous avaient enseigné Dieu par ses oeuvres, la prophétie, et avaient montré la voie qui conduit au royaume, vous pourriez vous confier en elles sans prêter aujourd’hui l’oreille au Fils de l’homme. Mais puisque aucune d’entre elles ne connaît la prophétie, ni l’univers de Dieu, ni les temps messianiques suivis de l’apocalypse d’abord et du royaume ensuite, cessez de vous en remettre à des imposteurs ! Vous prévenaient-ils que le Fils viendrait soudainement mettre un terme au monde corrompu ? C’était aux Écritures et à la loi de Moïse qu’il fallait vous référer, et non aux hypocrites auxquels vous vous êtes soumis le long des âges. Vous n’êtes donc pas de telle ou telle obédience religieuse comme vous dites, mais seulement des hommes qui comprennent les Écritures ou qui ne les comprennent pas. Vous appartenez à Dieu seul. Souvenez-vous en, car vous dépendez de son souffle et non de quelque ordre religieux.

(15) Convaincus de ce qu’ils font, je sais que plusieurs diront : nul ne peut empêcher les hommes de se réunir autour de chefs religieux ! En effet et bien qu’il soit manifeste que, partout dans le monde, les religions perdent les peuples, personne ne pouvait empêcher les hommes de croire en elles. Et c’est en raison de cela que vient la fin ! Écoute-moi, toi qui t’endurcis : le Père ne te demande point de faire des sacrifices pour lui, ni de lui faire des offrandes. Il veut seulement que tu circoncises ton coeur à l’aide de sa loi apportée par Moïse, pour que tes actes soient favorables à sa création entière et aux générations à venir. Pour cela, il faut d’abord rechercher Dieu pour saisir que l’on est l’une de ses demeures, et exclure les lois provenant des hommes ténèbres. Ou bien on pratique la loi du ciel, ou bien on pratique la loi des hommes, mais on ne pratique point les deux en même temps.

(16) Dans le royaume, il n’y aura point de lois d’hommes. Il n’y aura que la loi de Dieu. Pourquoi cela ? Parce qu’en sachant cette fois d’où ils viennent, qui ils sont et où ils vont, les hommes ne pourront plus admettre des lois étrangères à leur existence. Non, il n’y aura que la loi d’en haut à laquelle tous les peuples se référeront, parce qu’elle leur permettra de rester libres, de se mettre à l’abri de tout danger, et de vivre en toute sérénité sans fermer les portes à la postérité.

(17) Puisqu’il n’y a qu’un seul esprit qui remplit tout l’univers, et puisqu’il n’y a qu’un seul univers, une seule science par laquelle on existe et une raison commune à tous d’être vivants, il ne peut y avoir plusieurs religions. Le voyez-vous ? Sinon, donnez-moi le temps de vous ouvrir les yeux. Après quoi, vous saurez qu’on ne peut vivre qu’avec une loi morale qui tient l’homme délivré du mal. Si vous ne me croyez pas, je ne vous supplierai pas.

Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous, dit Jean. Celui qui est de la terre est de la terre, et il parle comme étant de la terre. Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous, il rend témoignage de ce qu’il a vu et entendu, et personne ne reçoit son témoignage. Celui qui a reçu son témoignage certifie que Dieu est vrai ; car celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, parce que Dieu ne lui donne pas l’Esprit avec mesure.

(18) Mais si seulement tu doutes de moi, toi qui lis, alors fais ceci : demande à tes chefs religieux qui est cet Élie que Dieu annonce à la fin du nouveau testament et que Jésus appelle sur sa croix. Demande-leur aussi qui est Emmanuel et pourquoi Jésus dit à la fin de l’apocalypse : voici je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi pour rendre à chacun selon ce qu’est son oeuvre. Interroge-les sur le baptême, la résurrection des morts, et sur ce que signifie l’expression : naître à nouveau par l’esprit. Qu’ils t’expliquent ce qu’est le jour du renouvellement de toutes choses, ainsi que le purgatoire, la pâque et le dernier jugement, et aussi ce qu’est la séparation des boucs et des brebis annoncée pour le dernier jour. Qu’ils te parlent de la bête et du faux prophète, ainsi que des combats de l’Agneau pour vaincre le monde corrompu, et de ce qu’il a à voir avec le Fils de l’homme que Jésus annonce sans relâche. N’oublie point de leur demander aussi ce qu’est le royaume, et fais en sorte qu’ils te répondent publiquement, à la vue de tous. Alors, tu sauras qui est qui, et ce qu’il en est exactement de ta religion dans les ténèbres. Ton salut et celui de ta progéniture passent par ces interrogations, t’en abstiendras-tu ?

(19) Toi, l’incrédule, tu veux bien que le Fils ait existé il y a vingt siècles, mais qu’il soit debout aujourd’hui et tel qu’il est annoncé, cela t’est insupportable ! Mais ton attitude à son égard sera aussi celle d’esprits étroits et sectaires, parce qu’à leurs yeux la venue du Fils au dernier jour est une fable. Ceux qui se disent chrétiens pour soigner leur image, suivront-ils le Fils de l’homme aujourd’hui ? Nous verrons, nous verrons... Mais il est une chose certaine qui en perdra beaucoup, c’est qu’ils se méfieront de moi et non d’eux-mêmes. Il est connu que celui qui dit la vérité est rejeté de tous. Cependant les Écritures témoignent de moi, et tout ce livre en témoigne également ; car c’est le Père qui me prescrit tout ce que je dois dire. Aussi je vous conseille à tous de ne point vous méfier de moi, mais de vous méfier de vous, ainsi que de votre façon de me recevoir. Je ne viens point vous abaisser. Je viens au contraire vous éclairer et vous élever au ciel pour vous sauver ; car dans tout l’univers il n’y a pas plus grande créature que l’homme humble de coeur et saint d’esprit.

Les idolâtres

(20) Prenez garde, car quiconque craint l’homme ne craint pas la parole de Dieu. Et aujourd’hui celui qui continuera à donner des pouvoirs à l’homme, en lui accordant une quelconque suprématie sur ses semblables, ne peut être digne du peuple de Dieu. Lorsqu’on est de Dieu et que l’on marche avec lui, on n’a rien à craindre. Mais le danger est grand quand on n’est pas de son côté et que l’on n’a que des hommes élevés pour secours et refuge. D’où une peur certaine qui engendre les stupides adorateurs de statues et de fétiches, ainsi que les superstitieux. Et quoi ! Une statue de terre cuite ou d’or, aurait-elle plus de pouvoirs que si elle était fabriquée avec des excréments de boeufs ? La matière est la matière, et ceux qui adorent les statues sont des impies ! Aussi, ceux qui se tournent vers les idoles et placent leur salut en elles feraient mieux de ne jamais prononcer le nom du Tout-Puissant qui abomine de tels hommes et leurs simulacres hypocrites ! J’ai cette race en dégoût, et Dieu a effacé leurs noms du livre de vie. Depuis toujours ils sont rejetés de Dieu, car il est écrit dans les psaumes :

Leurs idoles sont de l’argent et de l’or,
Elles sont l’ouvrage de la main des hommes.
Elles ont une bouche et ne parlent point,
Elles ont des yeux et ne voient point,
Elles ont des oreilles et n’entendent point,
Elles ont un nez et ne sentent point,
Elles ont des mains et ne touchent point,
Des pieds et ne marchent point,
Elles ne produisent aucun son dans leur gosier.
Ils leur ressemblent ceux qui les fabriquent,
Tous ceux qui se confient en elles.

(21) Dans la loi il est aussi écrit : tu ne te feras point d’images taillées ni de représentations des choses du ciel et de la Terre. Tu ne dresseras point de statues qui sont en aversion à l’Éternel, ton Dieu. Cet interdit n’est-il pas cependant bravé par les religions et tous ceux qui s’y réfèrent ? Ils se disent religieux mais pratiquent le contraire de ce que Dieu a demandé par ses prophètes, parce qu’ils sont les fidèles serviteurs de Satan ! Ce sont des hypocrites desquels il faut désormais vous éloigner. Car avec leurs simulacres et leurs pratiques rituelles, ils trompent les petits enfants crédules qui pensent voir des personnages de l’Écriture dans des gaz qui s’illuminent sur des collines, dans des grottes ou au bord des chemins où se trouvent des corps en décomposition. Ils font alors de ces intrigues des pièces à conviction, pour mieux vous attirer à eux. Combien serez-vous à en mourir aujourd’hui où vous devez suivre le Fils pour conserver la vie ? En ce sens, lisez Ezéchiel, en étant attentifs à ce que Dieu dit au Fils de l’homme au sujet de ceux qui se prosternent devant les figures et les statues qui meublent les murs de leurs édifices où ils se réunissent. Alors vous comprendrez qu’aujourd’hui, où le Fils vient séparer les boucs et les brebis, les statues seront l’objet d’un grand nombre de morts. Mais tous les peuples étaient prévenus.

(22) Les adeptes des religions sont aussi ceux qui sacrifient des bêtes, quand ce n’est des humains, pour en faire des offrandes à l’Éternel ; alors que Dieu dit contre ces personnes dépourvues de toute sensibilité :

Celui qui immole un boeuf est comme celui qui tuerait un homme,
Celui qui sacrifie un agneau est comme celui qui romprait la nuque à un chien,
Celui qui présente une offrande est comme celui qui répandrait du sang de porc,
Celui qui brûle de l’encens est comme celui qui adorerait les idoles ;
Tous ceux-là se complaisent dans leurs voies,
Et leur âme trouve du plaisir dans leurs abominations.
Moi aussi, je me complairai dans leur infortune,
Et je ferai venir sur eux ce qui cause leur effroi,
Parce que j’ai appelé, et qu’ils n’ont point répondu,
Parce que j’ai parlé, et qu’ils n’ont point écouté ;
Mais ils ont fait ce qui est mal à mes yeux,
Et ils ont choisi ce qui me déplaît.

(23) Toujours contre ces hommes haïssables et répugnants, Dieu dit par Ésaïe :

Ceux qui se sanctifient et se purifient dans les jardins,
Au milieu desquels ils vont un à un, (les religieux qui vivent à l’écart du monde)
Qui mangent de la chair de porcs,
Des choses abominables et des souris (des nourritures immondes de l’esprit),
Tous ceux-là périront, dit l’Éternel.
Je connais leurs oeuvres et leurs pensées.

Assurément, ce ne sont point là des passages de l’Écriture que les prêtres se complaisent à vous lire... Abstenez-vous alors d’aller après eux, car ils ne pratiquent que ce qui est en aversion à l’Éternel, mais invoquent quand même Jésus qui dit :

Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur ! et ne faites-vous pas ce que je dis ? Je vous montrerai à qui est semblable tout homme qui vient à moi, entend mes paroles, et les met en pratique (c’est vous tous qui me comprenez).

(24) Tenez-vous-en plutôt à cette autre parole de Dieu :

Je ferai marcher les aveugles sur un chemin qu’ils ne connaissent pas,
Je les conduirai par des sentiers qu’ils ignorent ;
Je changerai devant eux les ténèbres en lumière,
Et les endroits tortueux en plaines.
Voilà ce que je ferai, et je ne les abandonnerai point.
Ils reculeront, ils seront confus,
Ceux qui se confient aux idoles taillées,
Ceux qui disent aux idoles de fonte :
Vous êtes nos dieux !

(25) Haïssez donc les simulacres des religions, leurs statues et leurs spectacles hypocrites. Fuyez leurs prêtres et les superstitieux qu’ils suscitent, et qui auraient plus d’assurance s’ils se confiaient à Dieu. Ne vous adossez pas à eux, parce qu’ils sont comme du bois vermoulu qui ne supporte pas le poids du vent ! Condamnés, le royaume leur est fermé ; ils n’y entreront pas.

L’Église unique

(26) Puisqu’il n’y a qu’un seul Dieu dans l’univers, c’est qu’il ne peut y avoir qu’une seule église sur Terre. Cette Église existe de tout temps, parce qu’elle s’entend par la réunion de tous les saints d’esprit du monde autour de la loi du ciel. Mais, jusqu’à ce jour, elle ne pouvait point être formée ; parce que l’église des véritables enfants d’Abraham, d’Isaac et de Jacob ne trouve corps que la veille du jour où le monde de ténèbres passe dans le monde de lumière. Elle est le fruit de la connaissance, le fruit de tous ceux qui sont affranchis par la vérité. Or, pour qu’elle se forme, il faut bien que les saints d’esprit du dernier jour la connaissent cette vérité ! C’est pourquoi, je vous le dis, seul celui qui est Pierre dans l’Écriture peut réunir les élus et former ainsi l’Église. Il suffisait donc de vous tenir prêts pour le jour de sa venue que personne ne pouvait connaître par avance.

Vous aussi, tenez-vous prêts, dit Jésus, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas.

(27) Vous auriez dû écouter car, pour tous ceux qui trahissent Dieu et vivent des hommes, il ne peut rien y avoir de plus terrible que de tomber dans les mains du Fils vivant. Comme le Père agit, moi j’agis pour vous instruire et moissonner la Terre avant la fin. A cet effet et pour dissiper les ténèbres, vous semblerait-t-il que le Très-Haut choisirait une pierre, un animal ; ou encore un hypocrite, un faiseur de simulacres, un adorateur de statue, ou quelqu’un qui pratique l’affabulation ? Pour vous transmettre sa volonté et sauver les innocents, appellerait-il l’un de ceux qui transgressent ses ordonnances et le rejettent ? Non, le Père choisit un agneau pur et innocent pour enseigner la créature et former l’Église, car seul celui-là peut recevoir le Saint-Esprit et le souffler sur vous. N’est-ce pas encore une parole de l’Écriture ? Il est écrit :

Jésus souffla sur eux, et leur dit : Recevez le Saint-Esprit.

(28) Toi qui entends ma voix, pose tes outils et prends le temps de m’écouter pour recevoir le Saint-Esprit que je souffle sur toi dans tout le livre. Si tu es pris par une religion, retire-toi quelques instants hors de la ville pour pouvoir te lever, marcher et persévérer dans ta lecture, même dans les passages difficiles, car tu en retireras toujours l’essentiel qui t’ouvrira les yeux et te conservera la vie. Mange ce que tu peux de la manne que je te donne, tu n’en mangeras jamais de trop. Et abstiens-toi de me juger, car le Tout-Puissant m’a déjà jugé. Comprends que je te demande de quitter ta religion pour te garder vivant, car il n’y a rien de plus grand que la vie. Moi je donne la mienne en rançon pour te sauver et pour que tes enfants trouvent toujours une Terre vivable, comme elle l’était aux commencements. Suis-moi alors en toute tranquillité, car Celui qui m’envoie au nom de Jésus m’a déjà remis sa confiance et toute son affection.

L’enseignement dans le temple

(29) Dès le début, j’ai dit que les six jours et le septième jour de la création ne sont point des jours d’homme mais des ères qui furent nécessaires à la création des espèces jusqu’à l’homme et jusqu’au jour où vous lisez. Et le septième jour, est le jour du repos de Dieu. Il s’agit du royaume, qui commence dès ma venue dans votre esprit et qui s’étendra sur toute la Terre dès après les douleurs. Les six jours s’achèvent, parce que le jour où le Fils arrive, il clôt les six jours et fait entrer les élus dans le septième jour, qui est le jour où Dieu n’a plus de souci pour ses enfants qui connaissent enfin la vérité.

(30) Dans ces derniers instants du monde où nous sommes arrivés, l’envoyé du ciel (qui est Pierre) prend tous les hommes dans le filet qu’il jette sur la Terre, et trie ceux qui sont bons pour le royaume et ceux qui ne le sont pas. C’est pour cela qu’il est écrit que Pierre est pêcheur d’hommes. Mais ne craignez rien, je vous porterai avec délicatesse et il ne vous sera point fait de mal ; et dès après les douleurs, je vous déverserai dans les eaux limpides et pures du sanctuaire, qui est le nouveau monde que je décrirai et qui sera l’objet de votre joie. Mais je n’emmènerai que ceux qui comprennent et qui ne regarderont pas en arrière.

(31) Il vous apparaît mieux pourquoi il est écrit que Jésus enseigne tous les jours dans le temple. Mais jusqu’ici ne vous êtes-vous jamais demandé ce qu’il expliquait ? Il fait connaître la vérité, car seule la connaissance éclaire l’homme et le délivre de l’emprise de ceux qui règnent. Il est donc nécessaire d’enseigner les Écritures en premier et les choses célestes ensuite, car c’est ainsi que vous prendrez part à la résurrection des morts qui vous mettra à l’abri de toute atteinte. Mais ne peuvent me suivre dans cette voie que ceux qui gémissent dans ce monde et qui espèrent en la délivrance annoncée. Il m’incombe donc de mettre un terme à toute autorité, toute puissance et toute domination. Alors viendra la fin. Après quoi je remettrai le royaume au Père qui l’attend pour son repos.

Téléchargement gratuit du livre de vie Télécharger gratuitement le Livre de Vie

Vous rencontrez des problèmes d'affichage ? Utilisez la version du site pour les mobiles.

This page in english Questa pagina in italiano Ta strona po polsku Libro de vida en español: próxima publicación (traducción corriente)
Accueil
Sommaire du Livre de Vie
Télécharger gratuitement le livre de vie au format PDF ou EPUB
Commander le livre (papier) chez l'éditeur : PLUMOR
Diaporama des figures du livre
Vidéos réalisées par des lecteurs
Nous contacter
Aide à la navigation dans les chapitres du livre
Chapitre précédent : L'envoi de l'Esprit de vérité
Chapitre suivant : Le Schilo