Première partie : accomplissement des Écritures

4

Le Véritable et les imposteurs

(1) On ne peut savoir qui est l’homme qu’à partir de la compréhension de l’univers. Or, ce n’est point par la prétendue origine de l’univers des scientifiques que l’on peut être éclairé ; car imaginer les astres et tout ce qui vit à partir de l’explosion originelle d’une mystérieuse matière venant de nulle part, c’est élaborer la science de la non raison d’existence... Il s’agit d’un énorme mensonge dans l’ampleur duquel vous vous noyez, en perdant vos vies et l’humanité. Non, nous verrons que l’univers existe de toute éternité, et que les étoiles brillent pour éclairer et faire vivre leur monde au sommet duquel l’homme est toujours placé. Lorsque nous l’aurons démontré, vous saurez alors que le monde est fort jeune et que, comme cela est déjà écrit en Noé, c’est en raison de cette jeunesse que le coeur de l’homme se porte essentiellement au mal. Le monde qu’il bâtit alors est instable, injuste, et ne peut apporter que la fin de toute vie humaine. Toutefois, Dieu envoie son fils juste avant que cela ne se produise, pour révéler tout ce qui était tenu caché jusqu’à son arrivée et sauver ce qui doit l’être. Ainsi, l’apocalypse qui s’en suit, qui est résolue et annoncée depuis toujours, servira d’éternel exemple aux réchappés. C’est pourquoi, il ne faut point confondre la fin de toute vie qu’amèneraient inéluctablement ceux qui règnent, avec l’apocalypse qui met fin à leurs pratiques insensées.

Les fils de Caïn

(2) L’Eden était la beauté du monde des commencements. Mais il fut bien vite enseveli par les fils de Caïn qui régnèrent jusqu’à présent, en pratiquant ce qu’il ne faudra plus jamais faire. Ce qui n’est pas vain et inutile toutefois, car savoir où conduit la rébellion à Dieu est un acquis considérable. Pour l’instant, il faut voir que ceux qui montèrent les mauvais chevaux troublèrent les eaux du fleuve de la vie avec leurs pieds, sans prendre garde à la prophétie qui témoigne de ce qu’il adviendrait d’eux et de leur monde rebelle. Alors, comme l’Écriture l’annonce, les nations produisirent leurs moyens de défense sans pouvoir prédire ce qui allait arriver, et persévérèrent dans leurs voies sans pouvoir annoncer l’avenir. Mais voici qu’elles ne sont plus que de la paille aujourd’hui et vont brûler comme une seule toutes ensemble, car il est une abomination de se complaire en elles et d’espérer dans leurs voies.

(3) Qui a cru à la prophétie ? Et qui comprend cette parole de Jean, en fin des Écritures, pour ce grand jour :

Venez, rassemblez-vous pour le grand festin de Dieu, afin de manger la chair des rois, la chair des chefs militaires, la chair des puissants, la chair des chevaux et de ceux qui les montent, la chair de tous, libres et esclaves, petits et grands.

Condamnés ainsi et ouvertement par les Écritures, comment alors purent-ils devenir rois, chefs militaires, puissants ? Peut-on être jugé de la sorte et prétendre marcher avec Dieu ? Ce sont pourtant ces hypocrites montrés du doigt que vous placez à vos têtes, eux que vous chérissez ! Mais il m’est demandé de les débusquer et de les chasser comme du gibier, pour le grand festin de Dieu, parce que leurs oeuvres sont celles de Caïn qui sont d’une très désagréable odeur à l’Éternel.

(4) Puisque l’homme n’a pu se concevoir ni se créer, il va de soi qu’il ne peut nullement établir lui-même ses propres règles pour subsister. Seul le Créateur peut les lui donner, comme vous-mêmes placez les règles de marche au sein des machines que vous concevez. Dieu fit ainsi connaître sa loi à Moïse, afin que par elle vous puissiez arriver jusqu’au Fils de l’homme en étant saints d’esprit et debout. Mais vos pères ont jeté cette loi par-dessus l’épaule pour établir des rois et leurs lois ! Étonnez-vous alors qu’il y ait autant d’injustices, de dévastations, d’oppressions, de désespoir, de maladies et de cris de douleurs parmi les peuples.

(5) La confusion règne partout et dans tous les domaines, parce que le monde vit Babel aujourd’hui. En effet, Babel est l’image de ce monde qui élève au ciel ce qu’il ne faut pas et qui parle le même langage tout autour de la Terre. Il ne peut en être autrement, parce que les hommes se confient et obéissent à ceux qui les orientent dans la même voie. C’est pourquoi vous êtes tous en train de croire à la science qui sort de l’homme et non à la science par laquelle on existe, ainsi qu’à des libertés qu’accordent les dirigeants et non à la liberté originelle. Vous évoquez des sociétés religieuses et jamais la religion qui consiste à pratiquer les règles de vie données par Dieu, et à s’élever ensuite jusqu’à Lui pour acquérir la connaissance et se conformer à sa volonté. Vous percevez le réel, mais vous interprétez tout à l’envers. C’est pourquoi beaucoup prétendent que la Terre n’a jamais connu d’hommes aussi intelligents que ceux d’aujourd’hui...

(6) Dieu, par Moïse, a prévenu l’humanité, mais l’humanité ne l’a pas entendu parce que les prêtres de Satan donnent de fausses interprétations de l’Écriture, comme les scientifiques donnent de fausses interprétations du sidéral. Tout cela inverse vos jugements. Il en découle alors les ténèbres humaines, vous faisant ressembler à des hommes perdus dans une forêt obscure, qui ne trouvent point le chemin pour en sortir. En effet, aujourd’hui vous errez car nul ne peut dissocier Dieu des religions, ni les astres des scientifiques, parce que ces hommes disent haut et fort : nous avons le privilège de la sagesse et de la compréhension ! En les croyant, vous êtes désorientés et désespérés.

(7) Tout cela m’occasionne beaucoup de peine, car vous ne pouvez plus envisager de vivre sans le veau d’or (qui est la monnaie), sans les villes monstrueuses qui ne cessent de grandir, sans les machines de fer qui détruisent tout, et sans ceux qui détiennent des pouvoirs et vivent d’autrui en disant : écoutez ce que l’on vous dit ! Faites ce que l’on vous demande et taisez-vous ! Vous faites alors ce qu’ils vous demandent et vous marchez en pleurant. Ce qui est un grand malheur. Car dès lors que les puissants ont la mainmise sur vos pays, sur vos régions et vos biens, ainsi que sur vos familles, vos enfants, vos corps et vos esprits, que reste-t-il de ce qui fait de vous des hommes ? Il ne vous reste rien. Alors écoutez-moi. Après quoi, vous les innocents, vous ne serez plus des agneaux que les loups dévorent, mais des agneaux dont les loups ont peur.

(8) En ce jour, la Terre est comme une femme enceinte dont les enfants se bousculent en son sein. Les uns vont naître pour la vie éternelle, ce sont les saints d’esprit rendus parfaits à la fin des siècles ; et les autres périront lamentablement à cause des iniquités de leurs pères qui se sont portées sur eux par les transgressions de la loi. Tout cela annonce de grandes douleurs, car en plus de la difficulté de naître de nouveau, il y aura ensuite la séparation des justes et des injustes.

Les démoniaques

(9) Vous donc les théologiens qui sondiez les Écritures, et vous les savants qui vous penchiez sur la science, n’auriez-vous point dû informer le monde et préparer la femme enceinte pour le jour de son difficile accouchement ? N’est-ce pas ce que vous auriez dû faire avec la prophétie qui annonçait cet événement pour la fin des siècles, ou avec la science qui le montre pareillement ? Mais, habités par des démons, vous êtes davantage préoccupés par la gloire, la récompense, l’argent et la recherche des honneurs, que vous ne l’êtes par le développement spirituel de l’homme et la connaissance de la vérité ; sinon, vous seriez informés du jour de sa délivrance que je viens annoncer.

(10) Vous donc qui vous nommez scientifiques, oui vous les missionnaires sans mission, la vérité va placer dans les mains des hommes un cordeau qui leur servira à mesurer votre imposture ainsi que votre excessive vanité. Vous n’auriez point dû vous asseoir sur le trône de Dieu qui n’est pas à vos dimensions. Avez-vous des révélations à faire au monde ? Il n’en est rien. Et l’Écriture en témoigne, car elle annonce un homme (l’esprit de vérité) qui conduira la créature dans toute la vérité. Et je me glorifie d’être cet homme annoncé. Lorsque vous parlez de l’univers et de l’existence, vous ne faites qu’enfoncer davantage le monde dans les ténèbres. Vous cachez votre ignorance avec des millions ou des milliards d’années d’évolution et de hasard qui vous dispensent de toute explication cohérente. Vous tissez des toiles de mensonges dans lesquelles les hommes se prennent et se débattent. Cependant, la science a un autre objet et une autre fin que vous ne pouvez nullement saisir en croyant que vous êtes au-dessus de tous, et probablement les seuls êtres intelligents de l’univers... Mais avec vos mensonges, j’ai fait de vous mon marchepied et vous ne vous en remettrez pas. Bien que vos noms soient honorés dans le monde, avec les religieux et tous ceux qui règnent, vous êtes des imposteurs et les pères de l’horreur, coupables d’avoir amené les souffrances du monde et sa fin.

(11) Ici je m’adresse à vous, les scientifiques démoniaques, qui avez fait de la science une affaire inextricable et une substance empoisonnée qui tue les hommes ! Il suffit de regarder vos oeuvres qui souillent, modifient les êtres, profanent et dévastent la Terre, ainsi que les chaînes des gens et leurs fardeaux, pour comprendre ce que sont vos pensées et vos travaux. En vous proclamant savants, vous pensez pouvoir tout vous permettre, jusqu’à changer la nature, comme si la Terre et ses habitants étaient les ouvrages de vos mains. Non seulement vous ignorez tout de l’existence, mais encore vous êtes convaincus d’être plus que les prophètes qui ont depuis toujours annoncé le sort de ce monde.

(12) Avec beaucoup d’arrogance, vous faisiez croire aux hommes que vous seuls aviez le privilège de connaître la matière, comme les sectes religieuses leur firent croire avec d’abominables mensonges qu’elles seules connaissaient Dieu. Et voici que plus personne ne peut ouvrir la bouche ! Eh bien, après avoir mesuré, pesé, compté vos paroles et vos oeuvres, nous allons maintenant en estimer le prix. Si vous n’arrivez pas à saisir la science, c’est que vous rejetez le Créateur. Aussi, en vous substituant à Lui, vous interprétez forcément tout à l’envers, jusqu’à affirmer que Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune sont des étoiles manquées, alors qu’elles sont au contraire des étoiles en préparation. Vous savez boire l’eau quand vous avez soif, mais vous ignorez toujours par quel mystère elle se trouve en abondance sur la Terre. Vous parlez de la particule et de l’astre, sans toutefois connaître le cycle de la matière. Vous donnez des explications, mais sans connaître le principe d’existence des masses. Vous prétendez, vous affirmez et conduisez le monde à sa ruine. Hypocrites ! Aujourd’hui vous êtes mis à la porte, car vous n’êtes pas de taille à sortir Dieu de son univers, et vos bras sont trop courts pour abolir ses règles.

(13) Depuis que je vous observe, je vous entends dire aux peuples : vous allez bientôt tout savoir sur la vie, car nous venons de découvrir ceci et cela avec lesquels nous allons enfin pouvoir démontrer l’univers et qui nous sommes ! Mais vous continuez d’entraîner les hommes dans vos mensonges, jusqu’à leur faire croire qu’ils sont une espèce de singes qui évolue indéfiniment... Vous ajoutez que le passage de l’humanité sera bref, et que même l’univers disparaîtra ! Avec de telles paroles, vous ôtez le désir de vivre, parce que de telles affirmations détruisent les esprits des hommes et annulent en eux leur raison d’exister. Mais la vérité va leur apparaître toute autre je vous le dis, et cette fois la vie trouvera tout son sens dans leur coeur.

(14) Étant incapables de lire les Écritures, vous les contestez. Et en me regardant d’en haut, vous ricanez. Mais où situez-vous la sagesse depuis vos tours : au sein de vos chaudrons nucléaires à partir desquels vous produisez les armes effroyables de la fin et les déchets contaminés ? Ou bien dans les eaux souillées par vos produits ? Serait-elle dans vos laboratoires où vous cultivez d’abominables maladies avec les militaires pour exercer votre domination sur les populations ? Se cacherait-elle parmi vos victimes qui meurent chaque jour et que l’on ramasse le long des routes et autour des villes ? La voyez-vous dans vos industries qui détruisent les sites, l’air, l’eau, les animaux en grand nombre, les semences et le climat ? Habiterait-elle parmi ces peuples qui, voulant vous suivre, sont appauvris et ébranlés sur leurs bases, et désormais semblables à des squelettes sur pieds ? Est-ce la sagesse ou votre immense vanité qui vous fait croire que vous êtes au-dessus du Créateur, et que vous pouvez à votre guise changer sa création par des manipulations de gènes, de cellules et d’embryons ? Insensés ! Vous ne pensez qu’à faire des chimères et des machines de mort ! Vous ne professez que la catastrophe et le néant, parce que vous n’êtes que les enseignants du mensonge et les fournisseurs de visions démoniaques desquelles sortent la violence, l’insensibilité et les moyens de l’extermination.

(15) En ayant lamentablement échoué dans vos tentatives d’explications sur l’existence, vous en êtes arrivés à cette conclusion : l’homme est un hasard ! L’eau sur la Terre est un hasard ! La Terre elle-même est un très grand hasard, ainsi que l’intelligence des hommes ! Mais dites-moi, si ce hasard-là est en mesure de concevoir et de créer les astres qui offrent des conditions de vie avec lesquelles il forme le monde espèce après espèce, jusqu’aux hommes qui rient et pleurent, n’est-il pas divin ? Qu’avez-vous donc contre le Créateur pour l’appeler hasard ? Que vous a-t-il fait pour que vous soyez tous ligués contre Lui, alors qu’il vous donne le souffle de vie ? L’accusez-vous de vous laisser dévaster la Terre et d’occasionner des souffrances horribles parmi les peuples, alors qu’il vous fit connaître sa loi pour ne pas en arriver là ? Vous avez voulu vous mesurer à Dieu pour vous faire valoir aux yeux de tous, mais aujourd’hui vous voilà vaincus par une mâchoire d’âne...

(16) Misérables créatures, vous me chargez d’une lourde tâche ! Mais ce fardeau que vous placez sur mes épaules vous écrasera et vous fera disparaître à jamais de cette Terre qui ne peut plus vous supporter. En ne pouvant vous approcher du Créateur et de ses prophètes, vous n’aviez point cru à la venue du Fils de l’homme aux jours de la fin. Mais vos oeuvres vous suivent ; et par vos oeuvres démoniaques qui amènent la fin, vous êtes jugés. Vous allez vous en aller, car tel est l’ardent désir de Celui qui m’envoie rendre la Terre à nouveau habitable, et telle est ma volonté.

L’unique religion

(17) Vous, qui n’êtes pas scientifiques, écoutez-moi ! Une minutieuse observation des êtres et de toutes les perfections qui nous entourent amène invariablement à reconnaître l’existence du Créateur ; car il est certain que les choses et les êtres n’ont pu naître de leur propre initiative. Les étoiles, la Terre et le monde suscitent alors le plus grand respect pour l’Être suprême qui a tout créé par amour. Et c’est ce respect, ainsi que l’amour que l’on éprouve pour ses oeuvres magnifiques, qui doivent inspirer la sagesse et faire remonter du coeur de l’homme les règles de la vie que Dieu y a placées. Ces règles sont celles qui consistent à vivre libres et en harmonie avec tout ce qui nous environne pour tirer plaisir de l’existence, sans condamner les générations à venir.

(18) Mais les hommes ne se sont point souciés de ces règles, bien qu’elles fussent aussi écrites dans un livre, la Bible. En effet, sachant que l’intelligence des hommes ferait croître leur vanité jusqu’à en faillir, Dieu eut le soin de faire écrire ses règles dans un livre, pour que chacun s’y réfère, soit jugé par elles et ne s’en écarte point. Il s’agit de la loi apportée par Moïse, ayant pour but de préserver la Terre, la création, et de maintenir les hommes debout jusqu’à leur jugement. Il les prévint aussi du jour où Il enverrait Élie, son fils unique, séparer ceux qui lui auront été fidèles de ceux qui ne l’auront point été, parce que ce jour-là Il créera un monde nouveau dans lequel Il ne permettra pas aux infidèles d’entrer. Et voici que le monde est arrivé dans ce jour, grand et redoutable !

(19) Il ne saurait donc y avoir d’autres religions que la religion du coeur, qui est une manière d’être et de se comporter, fondée sur la justice et le respect que l’on acquiert en étant attentif aux perfections dont on est entouré. Et il ne saurait y avoir d’autre culte que l’hommage que l’on rend au Créateur lorsqu’on met toute sa loi en pratique et qu’on le loue de nous avoir fait venir dans la beauté du monde des vivants. Voilà comment on doit officier pour être en faveur aux yeux de l’Éternel, et ce qu’est l’unique religion de l’homme, propre à tous les peuples sous le Soleil. Il n’y a point d’autre religion que celle du coeur, car elle est universelle et la vie de chacun.

Les infâmes sectes

(20) Mais tout au long des siècles, les Écritures ont été l’objet d’interprétations diverses de la part de quelques-uns qui s’en servirent pour manipuler les hommes, en donnant une fausse image de Jésus pour s’emparer de sa tunique et régner sur vous. Et là se trouve l’origine de grand nombre de religions qui se sont formées sur des rumeurs que les prêtres de Satan ont amplifiées, jusqu’à ce que le nombre de leurs fidèles augmente et forme des églises toujours grandissantes ; car ces sectes pernicieuses ne cessèrent de gagner en grandeur et en nombre pour devenir ce qu’elles sont aujourd’hui.

(21) Cependant il ne doit exister que l’Église unique que seul Pierre est en mesure de bâtir. Et je suis cet homme, le Fils, qui se voit en transparence dans toute l’Écriture. C’est pourquoi Jésus me dit : toi qui comprends et te reconnais, tu es Pierre (dans l’Écriture), suis-le et tu viendras jusqu’à moi pour bâtir mon Église. Cela montre que la réunion des élus pour le royaume, ne peut se faire que lorsque le monde des ténèbres tient ses derniers discours et non deux mille ans avant l’heure. Sinon, pourquoi Jésus, qui est le seul en mesure de former l’Église, confierait-il à Pierre le soin de la bâtir ? Maintenant, vous comprenez ; parce que, pour que les Écritures s’accomplissent, il faut que le Fils de l’homme, qui est Pierre, se lève et réunisse les siens autour de sa bannière.

(22) Par conséquent, nul ne peut être dépositaire des Écritures qui sont destinées à tous les hommes, pour qu’ils vivent par elles et ne soient point soumis au jugement du dernier jour. Elles ne furent donc point destinées à un peuple particulier et encore moins à ces hypocrites qui s’en emparèrent pour dominer le monde. Ne concevant point que le Fils de Dieu était, dans les Écritures, l’image du Fils de l’homme aujourd’hui, ils s’empressèrent de dire qu’il était passé et qu’il ne reviendrait plus. Ils firent ensuite croire aux peuples qu’ils étaient eux-mêmes envoyés sur terre pour reprendre son flambeau. Aussi, pour abuser des hommes et vivre à leurs dépens, plusieurs de ceux qui collaborèrent avec les romains fondèrent une secte sur le mensonge et voulurent l’imposer aux peuples par la violence. Ils firent ainsi de leur histoire une infamie, une immense traînée de sang innocent qui les suit et qu’ils ne peuvent plus effacer derrière eux.

(23) Pour vous tous qui avez marché dans ses voies, qu’est donc à vos yeux cette secte romaine et tout ce qui se pratique avec elle ? Moi, il ne m’apparaît pas de différence entre des vautours qui dansent autour d’une chair morte en se la disputant, et les prêtres de cette secte qui font la même chose autour de l’effigie de celui qu’ils voient cloué à un bois comme un malfaiteur. Les vautours et ce genre de prêtres sont de la même espèce, ils ont les mêmes rites, les mêmes façons de vivre de chair déchirée. Ils ont associé Jésus à la mort ! Ils me sont en horreur, ils me donnent la nausée. Il aurait mieux valu pour eux qu’ils ne fussent jamais nés. Car cette fois ils vont connaître celui qui a les yeux ouverts et qui connaît la parole de Dieu, le premier-né que les prophètes appellent la lumière des nations. Alors, ils feront la différence avec celui qu’ils placent en effigie sur les tombeaux et qui ne concerne nullement le Fils, ni le Père qui l’envoie aujourd’hui dans le monde.

(24) Bien que vous en ayez été avertis par les Écritures, nul ne voit que les religions sont nuisibles. Aucune n’est la vraie Religion. Toutes sont des sectes qui, d’une façon ou d’une autre, vous conduisent à la mort. C’est en raison de cela qu’il n’y a pas de mort d’homme qui ne soit la conséquence de leurs mensonges, pas de souffrances qui ne trouvent en elles leurs sources, point de désespoir qui ne soit leur oeuvre. Tout est mauvais en elles, car il n’y a rien de plus pernicieux que de parler de Dieu avec faveur et d’agir en transgressant ses commandements. C’est pourquoi la connaissance de la vérité fait disparaître toutes les sectes religieuses, auxquelles s’ajoutent les sectes politiques. En effet, prêtres impies et rois marchent ensemble depuis toujours, avec les militaires, les trafiquants, les scientifiques, les conquérants, les riches et tous ceux qui les approuvent, petits et grands. Jésus a dit cependant :

N’appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. Ne vous faites pas appeler directeurs ; car un seul est votre Directeur, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé.

Bien que cela soit dit par Jésus et écrit, comment se fait appeler celui qui se trouve à la tête de l’infâme secte doublement millénaire, et dont les prêtres se font aussi appeler pères ? N’affirment-ils pas cependant qu’ils sont chrétiens ? Quand on se réclame de Jésus, on lie son âme à la sienne et on s’abstient de prêcher ou de faire ce qu’il a défendu. Sinon, comme ceux qui se sont élevés on est abaissé et conduit dans l’enfer du dernier jour duquel il n’y a point de retour.

(25) Que l’on écoute le Fils dans l’Écriture, ou debout aujourd’hui dans le monde, il s’agit toujours de l’envoyé de Dieu dans le même moment du temps. Alors ceux qui l’auront trahi auront le sort des traîtres, qui ne peut être autre que leur disparition, parce que ce qu’ils ont fait de lui et de ses souffrances est abominable. Très grand est le nombre d’âmes qu’ils ont perdues et plus grand encore est celui qu’ils vont perdre dans ces derniers instants du monde, parce qu’ils n’obéissent qu’à leur père, Satan. Écartez-vous d’eux et de toutes les religions qui sont toujours des sectes remplies d’imposteurs et de meurtriers. C’est au Très-Haut que vous appartenez, et non à une poignée d’hypocrites qui abusent de vous par la ruse ou la violence.

(26) Affairés seulement à la recherche de la domination, des biens matériels et du profit, les prêtres de Satan vous ont profondément enfoncés dans les ténèbres pour vous rendre de plus en plus superstitieux et craintifs. Vous ne pouviez alors agir qu’en fonction de leurs traditions qui vous faisaient perpétuer le mensonge et l’horreur. Ce qui devait être cependant, jusqu’à la venue d’Emmanuel qui conduirait la créature dans toute la vérité. C’est pour cela et en raison de ce que j’ai déjà exposé, que Jésus dit :

Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes ?

Puisque ce n’est point encore fait, en ce qui concerne les choses célestes qui changent le coeur de l’homme, permettez que j’accomplisse la parole de celui qui est assis sur moi. Après quoi, vous saurez qui vous êtes et pourquoi vous existez. Soyez patients cependant, car pour l’instant je dois ouvrir votre esprit et nettoyer mon aire qui s’est remplie de mauvaises herbes et de serpents venimeux.

La bête et le faux prophète

(27) Pour ne pas adorer ce qu’il ne faut pas, ni associer à Dieu ce qui n’est pas, Dieu dit à Moïse, pour que vos pères l’entendent depuis lors jusqu’à vous :

Tu ne te feras point d’images taillées, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.
Ensuite, Dieu dit encore : Vous ne vous ferez point des dieux d’argent et des dieux d’or pour me les associer. Vous ne vous en ferez point.
Puis il dit : Tu ne feras point de statue qui sont en aversion à l’Éternel.

Lorsqu’on a foi en Dieu, on se conforme à sa volonté. Et on ne lui associe point l’or et l’argent, ni on ne fait ce qu’Il interdit. C’est pourquoi ceux qui font fi de Sa parole deviennent aussi les adorateurs de statues, de figures et d’images devant lesquelles ils se prosternent ! Bien que condamnés, les organisateurs de ces sectes prétendent cependant que leurs édifices remplis de ces figures sont la maison de Dieu !

(28) Mais l’Écriture dit encore contre eux :

Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine. Plusieurs les suivront dans leurs dissolutions, et la voie de la vérité sera calomniée à cause d’eux. Par cupidité, ils trafiqueront de vous au moyen de paroles trompeuses, eux que menace depuis longtemps la condamnation, et dont la ruine ne sommeille point !

Bien que cette parole prévienne de l’introduction de sectes pernicieuses dans le monde, la plus infâme qui se fait appeler l’Église, alors qu’elle s’efforce de vous rendre superstitieux pour trafiquer de vous, jusqu’à vous vendre Dieu à prix d’argent, et en commettant scandales sur scandales depuis deux mille ans, est bien connue de tous. C’est la grande prostituée de la ville assise sur les sept collines (qui est Rome) comme l’annonce l’Écriture, la mère des impudiques ayant depuis longtemps attiré le châtiment sur sa tête et qui voit enfin sa ruine arriver.

(29) Il va t’être rendu au double de tes infamies, fille de Satan ! En te présentant seulement le personnage du Fils, Jean t’a fait tomber dans le piège, fille prostituée ! Car tu as voulu t’emparer de son héritage, en ne concevant point qu’il se lève seulement dans les temps messianiques, juste avant la fin du monde. Alors, celui que tu places à ta tête dit : le Christ est mort, c’est moi qui suis envoyé sur Terre pour le remplacer et poursuivre son sacerdoce ! Et moi je réponds à ce faux prophète qui livre Jésus par un baiser et pour de l’argent, qu’il va éprouver des douleurs qu’aucun homme ne connaîtra.

(30) A l’aide d’inquisitions, de massacres, de personnes brûlées au feu des bûchers, de guerres, de galères, d’hommes emprisonnés et d’enfants emmurés vivants avec leur mère et leur père, et autres persécutions tout aussi infâmes, tu voulus jeter l’effroi pour régner sur le monde. Par la terreur et à l’aide de mensonges, de supercheries, d’intrigues, de superstitions, de dîmes et de rapines, tu as acquis des fortunes et des biens considérables pour asseoir ta domination. Tu fis cela pendant des siècles durant lesquels tu bénis les rois de la Terre, les grands, les chefs militaires, les riches et les puissants, aux yeux de tous. Tu élevas le veau d’or au ciel ; tu couvris les criminels et étouffas les scandales. Ainsi, après avoir commis les pires infamies devant la face de l’Éternel, toi, la bête qui monte de la Terre, oui toi qui apposes ta marque sur la main droite et le front des nourrissons en faisant un simulacre de baptême pour te les attacher, sache que la fin de ton règne est arrivée. Ta condamnation vient de tomber : c’est ta disparition et l’effacement de ton nom du milieu des peuples pour l’éternité.

(31) Vous tous qui êtes membres de cette secte pernicieuse, écoutez-moi ! Vicaire signifie remplaçant, celui qui tient la place d’un autre. De ce fait, celui qui fait croire au monde qu’il est le vicaire de Jésus et de Pierre, c’est-à-dire le vicaire du Fils de Dieu, sait forcément que cela s’écrit VICARIVS FILII DEI en caractères romains. Par conséquent, un tel usurpateur porte sur sa tête et dans cette appellation le nom de la bête qui monte de la Terre, ainsi que le nombre de son nom (666) mentionné par Jean dans l’apocalypse.

(32) Voici donc, en lettres-chiffres romains, l’épée que Jean a placée dans la main de l’Agneau pour qu’il décapite ce dragon devant ceux qui en appellent à la justice :

666 la bête

Calcul du nombre du nom de la bête demandé par Jean

Toi donc la prostituée, à cause de tes infamies et aussi parce que tu voulus la tête de Jean sur un plateau pour t’asseoir définitivement en reine, celui-ci fait tomber ta propre tête aujourd’hui ! C’est pourquoi le Fils que tu prétends remplacer comme s’il était passé et ne devait point venir, t’envoie aujourd’hui au fond de la mer pour que le monde soit à jamais débarrassé de ton hypocrisie et des sacrilèges que tu commis sur les innocents. Ainsi le monde du règne de Satan n’aura plus de tête ni de racines et disparaîtra pour toujours. Après quoi l’aurore pourra se lever sur cette Terre où seul Dieu régnera par les enfants qu’il se choisit aujourd’hui, et par sa loi.

Téléchargement gratuit du livre de vie Télécharger gratuitement le Livre de Vie

Vous rencontrez des problèmes d'affichage ? Utilisez la version du site pour les mobiles.

This page in english Questa pagina in italiano Ta strona po polsku Libro de vida en español: próxima publicación (traducción corriente)
Accueil
Sommaire du Livre de Vie
Télécharger gratuitement le livre de vie au format PDF ou EPUB
Commander le livre (papier) chez l'éditeur : PLUMOR
Diaporama des figures du livre
Vidéos réalisées par des lecteurs
Nous contacter
Aide à la navigation dans les chapitres du livre
Chapitre précédent : La prophétie
Chapitre suivant : Période de Jean à Emmanuel