Troisième partie : les règles de l'existence

58

La préparation

(1) Les êtres furent tous créés en ayant les capacités de subsister. Comme expliqué, les premiers hommes n’occupaient les cavernes qu’occasionnellement et non en permanence, parce qu’ils savaient s’y prendre pour bâtir leur maison, se nourrir, se vêtir, se soigner, se baigner et fonder leur famille. Leur intelligence initiale leur permettait à l’évidence de s’associer pour pourvoir à leurs besoins, comme depuis toujours il va de soi pour l’oiseau de se nourrir, de voler, de se baigner, de lisser ses plumes, de choisir sa nourriture et de faire son nid pour élever ses petits. Puisque rien ne pouvait changer dans ces domaines, il est dans l’ordre des choses que, comme les tribus primitives, les tribus du royaume offrent pareillement à leurs membres les moyens de subsister en toute sécurité. Ce qui donne le sens de la nouvelle Jérusalem bâtie autour de la loi.

La force des élus

(2) Pour que la ville sainte se fasse, demeure et ne disparaisse jamais, vous qui recevez la Terre en héritage, vous devrez arracher du royaume tous ceux qui se dresseront contre le Saint-Esprit, comme la loi le commande avec beaucoup de fermeté. Plusieurs diront alors que je suis inflexible et intolérant envers ceux qui nuisent au monde. Il est vrai cependant que la tolérance qui ramollit les hommes jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus se maintenir debout, ne fait point partie de mes attitudes. Pensiez-vous que Dieu enverrait un berger qui tolère les imposteurs et les destructeurs, et qu’il les conduirait de bonne grâce dans le royaume avec Ses élus ? Comment alors ce monde inique changerait-il ? N’envisagez pas cela ! Vous ne pourriez pas me reconnaître ni comprendre pourquoi Dieu dit qu’il rendrait les hommes aussi rares que l’or pur.

(3) Je vous le dis, celui qui est choisi de Dieu pour séparer les boucs et les brebis ne tolère pas qu’ils vivent ensemble. Ne m’appelez donc pas : le tolérant ! Car j’accepte ou je refuse, je pardonne ou ne le fais point, mais je ne tolère pas ce qui ne peut être que mauvais. On ne tolère pas le bien, mais seulement le mal. Par conséquent, la tolérance est l’acceptation volontaire du mal. Or, le Père n’envoie point ses messagers pour accepter le mal, mais pour le vaincre. C’est pourquoi la tolérance n’est point le vêtement des prophètes, mais uniquement celui des frileux.

(4) Toute chose m’étant remise, je pratique cette parole de David, mon père :

Celui qui calomnie en secret son prochain, je l’anéantirai ;
Celui qui a des regards hautains et un coeur enflé,
Je ne le supporterai pas.
J’aurai les yeux sur les fidèles du pays,
Pour qu’ils demeurent auprès de moi ;
Celui qui marche dans une voie intègre sera mon serviteur.
Celui qui se livre à la fraude n’habitera pas dans ma maison ;
Celui qui dit des mensonges ne subsistera pas en ma présence.

Assurément, les hautains, les menteurs et les frauduleux ne pourront subsister parce que, bien qu’ils règnent, ils sont déjà écrasés par la vérité.

(5) Pour que le bien triomphe, les mauvaises pratiques sont énumérées et combattues par la loi du royaume. C’est pourquoi, au-dessus de tous, les justes ne peuvent plus se laisser davantage abuser. Et mieux vaut être de leur côté je vous le dis, d’autant que la connaissance de leur identité leur donne aujourd’hui une puissance semblable à celle des taureaux aux cornes effilées qui lèvent la tête pour regarder les balles de paille emportées par le vent. Telle est l’assurance de ceux qui relèvent la tête et telle est la faiblesse des fils de la fosse qui, emportés par le souffle de leurs mensonges, sont comme ces balles de paille.

(6) Aussi, vous qui fûtes endormis par la tolérance inlassablement prêchée par les oppresseurs des peuples, vous allez vous réveiller et engendrer une tempête encore inconnue que rien ne pourra arrêter. Alors, vous assisterez à un phénomène singulier ne se produisant qu’une seule fois dans un monde, car ceux qui possèdent tout et qui exploitent les hommes trembleront de frayeur, tandis que ceux qu’ils ont dépouillés et qui sont dans la servitude se riront de ce qui se produit avec la venue du Messager. Tout basculera soudainement, plus rien ne sera comme avant.

(7) Vous donc les agneaux qui vous réveillez sous l’aspersion de l’eau vive, désormais réunis à une seule force qui vous fera agir dans le même sens, vous allez jeter l’effroi sur la Terre et devenir la terreur des nations ; car rien ne peut désormais interrompre votre marche ni entamer votre détermination. Au jour de la révélation, la peur change soudainement de camp, parce que ce sont les méchants qui sont anéantis. Les psaumes le rapportent ainsi :

Si les méchants croissent comme l’herbe,
Si tous ceux qui font le mal fleurissent,
C’est pour être anéantis à jamais.

Sur eux je tombe, pour qu’ils disparaissent à jamais et ne remplissent à nouveau le monde d’ennemis.

Avertissements aux élus

(8) Vous savez maintenant que la fin du monde n’est pas la fin de toute vie, et qu’elle n’est pas un phénomène subit et imprévisible, mais qu’elle est la conclusion d’un long processus, l’aboutissement forcé des oeuvres de l’homme qui a préféré les ténèbres à la lumière. Aussi, rien ne peut empêcher ni repousser sa venue car, se prenant pour Dieu, les hommes doivent se donner une inoubliable leçon qui les ramène dans leurs limites. Après quoi, ils feront la différence entre le Créateur et la créature...

(9) Certainement, les intelligents diront que je ne suis pas dans mon bon sens, et que la fin du monde annoncée par les prophètes et notamment par Jésus n’aura jamais lieu. Ne vous y trompez pas toutefois. Ce ne sont pas ceux qui l’amènent qui vont pouvoir l’empêcher car, quoi qu’ils puissent dire ou faire désormais, ils vous conduisent inéluctablement vers elle. Ils croyaient être les maîtres du monde et décider éternellement du sort des peuples, mais voici qu’arrive soudainement le Fils unique de Dieu à qui toute la Terre est remise ! Ils agiront alors comme Dieu le veut pour qu’il ne soit point désavoué.

(10) Le retour en arrière n’est pas possible, ai-je déjà expliqué, parce que la défense des intérêts, qui est la seule préoccupation des hommes, ne le permet pas. Ne pensez pas alors que les nations pourraient se désarmer pour ne pas en arriver à la fin ; car j’ai longuement montré que les dirigeants chérissent leurs terribles machines de guerre avec lesquelles ils règnent sur le monde. On se désarme jusqu’au couteau ou pas du tout, car le désarmement partiel ne peut que renforcer l’angoisse et augmenter le danger de guerre. C’est pour cela que les nations ne peuvent plus se désarmer, c’est trop tard ! Et vous n’êtes plus concernés par leur extrême arrogance ! Qu’elles terminent donc leur oeuvre ! Après quoi, vous saisirez encore mieux les bienfaits de la loi, et pourquoi il est écrit en Ésaïe :

De leurs glaives ils forgeront des hoyaux,
Et de leurs lances des serpes ;
Une nation ne tirera plus l’épée contre une autre,
Et l’on n’apprendra plus la guerre.

(11) J’ai montré la Roue et ses mondes, les formations et le sens de l’existence. Et j’ai expliqué patiemment que les innombrables mondes du ciel passent par ce jour redoutable du dernier jugement et du purgatoire, pour que ne restent que les saints d’esprit à qui leur terre fut promise. Pour enseigner Dieu et ses oeuvres, je vous ai donné le pain du ciel. Et vous êtes sortis des ténèbres, après que j’eus sacrifié ma vie et vécu des jours difficiles pour rendre clair et compréhensible ce qui était obscur et confus. Et c’est à main forte que je vous ai conduits aux sources des eaux de la vie, car j’ai fait tout ce qui est possible pour vous éclairer et vous sauver. Mais si vous continuez à douter de moi et de ce que je mets en évidence, il vous faudra consulter un médecin pour voir avec lui ce qui ne va pas en vous. Cela, parce que je montre la vérité qu’un enfant peut apercevoir.

L’oeil est la lampe de ton corps, dit Jésus. Si ton oeil est en bon état, tout ton corps sera éclairé ; mais si ton oeil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres !

La signification de ceci, est qu’il faut se sanctifier pour observer la réalité. C’est alors que les ténèbres que l’on a en soi se dissipent et que l’on voit clair.

(12) Mais, pour se conforter dans leur irresponsabilité et ne pas bouger de leur place, beaucoup chercheront à contredire le Fils de l’homme, et prétendront même, à la manière des scientifiques, que les hommes finiront par s’adapter aux nuisances et à tout ce qui n’est pas naturel. Ne les croyez pas, car l’accroissement du mal ne peut se faire continûment sans mettre un terme à toute vie. Par ailleurs, si l’on pouvait s’adapter à tout ce qui est contre nature, c’est-à-dire à tout ce qui va à l’encontre de la vie, c’est donc que l’on pourrait boire sans mal l’eau putréfiée des cours d’eau, résister aux contaminations et à tout ce qui occasionne des maladies... En est-il ainsi, hommes fragiles ? Mieux que tout autre chose, la fin du monde annoncée montrera que l’homme ne s’adapte pas aux nuisances qu’il crée, ni à toutes ces affreuses maladies qui en résultent.

(13) Essayez de voir ce qui dure et ce qui ne peut durer. Car c’est en ayant cette conscience que vous vous retirerez du monde un instant pour vous réfugier sur les hauteurs de vos pays, le temps qu’il faut pour que ce monde passe avec fracas et que vienne le sanctuaire. Pour l’heure, entendez encore une fois que vous ne devez pas regarder en arrière mais seulement devant vous. Sinon, comme la femme de Lot qui regarde en arrière en partant se mettre à l’abri, vous seriez anéantis, parce que Dieu exécutera ce qu’il a dit. Et Jésus vous a plusieurs fois informés de ce qui se produirait le jour où le Fils de l’homme paraîtrait.

(14) C’est Moïse, mon prédécesseur, qui a écrit sur la destruction de Sodome et Gomorrhe. Et c’est moi Emmanuel, son successeur semblable à lui, qui vous en donne les raisons. Moïse et moi, nous vous donnons les mêmes avertissements, parce que nous sommes bien au soir du monde, et que c’est sur le soir que les villes, les grandes villes corrompues sont détruites. Et Lot est un homme qui, bien qu’il réside en ville, a encore des oreilles pour entendre les deux anges (Moïse et Emmanuel) qui arrivent sur le soir avertir les habitants de Sodome et Gomorrhe de la destruction imminente de leur ville. A la suite de cet avertissement auquel il croit, avec sa femme, Lot sort de Sodome et va se mettre à l’abri dans un village des hauteurs pour échapper au désastre. Et c’est ce que vous allez devoir faire. Mais c’est en partant que sa femme regarde en arrière et qu’elle est changée en statue de sel. Cela signifie qu’elle veut retourner en ville, mais qu’elle est terrassée, statufiée à cause du déluge de feu qui s’abat sur Sodome.

(15) Alors, femmes, écoutez-moi ! Si, comme l’épouse de Lot, vous suivez vos maris sur les hauteurs pour échapper au désastre, faites en sorte de ne plus regarder avec des yeux languissants les villes qui avaient beaucoup d’attraits pour vous et que vous quitterez. Abandonnez-les à leur sort ! Car, désormais arrivées au terme de l’histoire de ce monde, et après avoir été enseignées, il n’y a plus que l’obscurité et le néant derrière vous, et non la lumière et la vie qui, elles, se trouvent devant vous. Soyez donc attentives à ce que nous vous disons, et vous conserverez la vie.

Le retour des étrangers

(16) Étant la plus grande richesse du monde, la diversité des genres nécessite que l’on conserve les quatre générations colorées de l’humanité. Et l’ordre originel établi entre toutes choses, exige que l’on veille sur lui pour préserver la stabilité. Aussi, pour que la diversité et l’indispensable ordre originel subsistent éternellement, en assurant la continuation du monde, il faut en premier et pendant qu’il en est encore temps que chaque étranger retourne dans son pays et son peuple où il fait défaut. Cela étant le premier mouvement qui conduit au sanctuaire, chacun agira dans ce sens, nul ne doit s’y opposer.

(17) Toi donc qui n’es pas à ta place sur cette terre, quel que soit le nombre d’années depuis lequel ta famille n’habite plus dans ton pays originel, et qu’elle qu’en soit la raison, tu dois impérativement regagner ton peuple où tu manques. Tu dois le faire pour participer à la restauration de l’ordre originel, et pour faire bénéficier ton peuple des connaissances que tu as acquises dans d’autres pays. Tu seras alors apprécié de tous et recherché. Mais si tu ne veux point retrouver les tiens et tes racines, en prétextant que tu vaux plus qu’eux, ou encore que tu n’es plus des leurs, sache qu’en allant ainsi à l’encontre de la volonté de Dieu, tu seras puni de mort. Or, ce que je veux, c’est que tu vives ! Mais tu ne vivras pas si tu transgresses les commandements que je te donne.

(18) Alors, que tu sois immigré ou descendant de parents immigrés, retourne sans attendre chez les tiens, dans ton pays originel. Ne trahis point Dieu, ni son fils, ni ton peuple. Sinon, pourras-tu prétendre faire partie du nombre des élus ? Si toutefois ton pays d’origine est riverain du pays où tu habites, tu pourras rester où tu es, car tu n’es guère différent des gens de ce peuple. Pour rester stable, mieux vaut que tu résides au milieu des tiens. Néanmoins, si tu es métissé, c’est-à-dire issu de parents de races différentes, tu pourras choisir de rester dans le pays de ton père ou celui de ta mère. Tu ne seras point rejeté par le peuple ni par Dieu. Voilà, tu sais maintenant ce qu’il te faut faire pour être digne du Père, de ton propre peuple, et pour rester en vie.

Ultime avertissement

(19) D’un autre point de vue, sachez que les peuples industrialisés sont les plus éloignés de la vérité et ceux qui auront le plus de mal à s’en pénétrer ; tandis que les tribus qui vivent toujours comme aux commencements, c’est-à-dire, en harmonie avec la nature, en sont les plus près. En raison de cela, quand bien même ces tribus n’apprendraient la vérité que plus tard, cela serait sans mauvaises conséquences pour elles ; car, en vivant conformément aux règles de la nature, elles souffriront moins de ce qui arrive que les nations industrielles qui, elles, sont la cause du désastre et de la colère de l’Éternel.

(20) Alors, vous qui entendez la voix du Fils de l’homme et qui voyez la prophétie s’accomplir, vous devez être constamment en mesure de vous enfuir sur les hauteurs. Pendant ce temps et durant votre retrait du monde, vous devrez avoir à l’oeil ceux qui vivent de vous, car ils verront dans votre mouvement leur fin inévitable. Cela les rendra fous, et cette espèce de folie les obligera à vous retenir par tous les moyens. Ils tenteront d’abord de faire barrage au Fils de l’homme. Ils lui feront ensuite porter une couronne d’épines et mettront des embûches sur son chemin. Beaucoup lui cracheront au visage, lui lanceront des pierres, et plusieurs se lèveront pour porter de faux témoignages contre lui, car il est nécessaire que les Écritures s’accomplissent aussi sur ce point. Mais ne les craignez pas. Sans Dieu, sans directeur, sans lumière, sans but, désorganisés et privés de vous qui les faisiez vivre, ils seront sans force et ne pourront rien contre vous.

(21) Alors, à cause du Fils et des prophètes qui leur enlèvent tout jusqu’à la maîtrise de leurs pensées, la plupart des chefs des peuples, des trafiquants, des riches, des conquérants, des religieux, des scientifiques et des militaires qui croyaient dominer éternellement le monde seront désorientés et n’auront plus personne pour les suivre ! Ainsi, leur monde corrompu tombera dans la certitude, d’autant que déjà il est en agonie. Mais, en vous retirant sur les hauteurs, vous contrôlerez sa fin qui s’achèvera avec fracas lorsque vous serez dans vos abris. Ce qui est la perfection car, en sortant seulement des villes, il en est fait de lui ! Il est écrit que Dieu ne sauve point par l’arme. Maintenant cela vous apparaît dans la clarté.

Rappel de l'Écriture

(22) Ce monde confus et dénaturé n’est compréhensible que si l’on sait qu’il va être détruit conformément à ce que l’Écriture annonce, et que cet accomplissement ne peut se produire qu’au jour de la venue du messager de Dieu. Cependant, vous savez que les hommes ont déjà eu peur que cette fin du monde arrive à l’improviste sur eux, et notamment mille ans après Jésus. Cela, parce qu’il est écrit (dans l’apocalypse) que Satan serait lié pendant mille ans, et qu’il serait ensuite délivré pour un peu de temps, afin qu’il accomplisse son oeuvre. Effectivement, pendant le premier millénaire qui suivit le jour où il fut connu, Jésus régnait dans les coeurs et les nations. Puis, peu à peu et à cause des infamies commises par les rois, les empereurs et les religieux, il s’en est allé des esprits. Satan prit alors sa place. Depuis lors, c’est lui qui règne et prépare la fin du monde, comme cela se voit par ce qui se pratique dans les pays.

(23) Il est évident cependant qu’il ne pouvait rien se produire au terme du premier millénaire du règne de Jésus, parce que celui-ci est l’image de l’agneau qui combat le monde à la fin des siècles, dans les temps messianiques. Ne commettez pas alors l’imprudence de croire que, comme il y a mille ans, rien ne se produira ; parce que la lumière qui vous éclaire aujourd’hui précède de peu la venue du royaume de Dieu. Vous êtes en effet dans les temps messianiques, et ce qui est dit s’accomplira, n’en doutez pas. Car, en étant dans ces temps-là, c’est-à-dire juste avant l’apocalypse, vous êtes forcément aux côtés de l’agneau, qui est à la fois Jésus (la figure de l’agneau dans l’Écriture) et le Fils de l’homme (la personne de cet agneau dans le monde).

(24) Ma patience étant envers vous illimitée, voici donc une dernière fois, pour votre salut, l’essentiel de ce que vous devez retenir sur l’accomplissement de l’Écriture au jour du renouvellement de toutes choses :

(25) Pour saisir le sens de ce changement du monde, je vous ai fait monter très haut dans le ciel, avec l'échelle de Jacob, afin qu'il vous apparaisse que vous êtes parties intégrantes de l'univers. Il n'y a en effet pas de séparation entre les hommes et la Terre, entre la Terre et la famille solaire, entre la famille solaire et les autres mondes de la Galaxie, et entre notre Galaxie et celles de l'univers entier. Ce qui montre à l'évidence que les hommes et l'univers sont un, et l'Éternel en soi. A quoi bon alors les discours de ceux qui ne comprennent pas que Dieu est vivant, et que c'est en raison de cela qu'on a l'être et le mouvement ?

*

(26) Mes enfants, je vous dis encore et pour la dernière fois qu’en faisant envoler tous les mensonges de la Terre, la connaissance qui vous est donnée va dissoudre en peu de jours tous les pouvoirs que les uns détiennent sur les autres. Ceux qui vous dirigent deviendront des ombres muettes, et tous ceux qui sont couverts d’argent se cacheront sous les pierres, parce qu’il en est fait de leur arrogance et de leur règne ! Car ils ne sont pas possesseurs de la Terre et des êtres vivants. Ils croyaient l’être seulement parce que Dieu les a laissés faire jusqu’à ce jour où Il leur réclame le sang des innocents qu’ils tuèrent pour régner. Mais leur monde s’arrête là, et vous ne périrez point dans sa destruction ; car c’est pour vous garder en vie que Dieu m’envoie véritablement devant vous. Chaque jour Dieu ajoutera des élus à son peuple, jusqu’à ce que vous soyez tous à l’abri. Alors viendra la fin.

Téléchargement gratuit du livre de vie Télécharger gratuitement le Livre de Vie

Vous rencontrez des problèmes d'affichage ? Utilisez la version du site pour les mobiles.

This page in english Questa pagina in italiano Ta strona po polsku Libro de vida en español: próxima publicación (traducción corriente)
Accueil
Sommaire du Livre de Vie
Télécharger gratuitement le livre de vie au format PDF ou EPUB
Commander le livre (papier) chez l'éditeur : PLUMOR
Diaporama des figures du livre
Vidéos réalisées par des lecteurs
Nous contacter
Aide à la navigation dans les chapitres du livre
Chapitre précédent : La vie simple du sanctuaire
Chapitre suivant : Le retrait